bien-être

La symptothermie, ou comment apprendre à connaître son corps

Hello gens!!!

Comme certains le savent, j’ai adopté la symptothermie comme méthode de contraception il y a maintenant de ça plus de trois mois.

Je sais que ça peut attirer la curiosité alors j’ai pensé faire un article bien short & sweet pour vous expliquer la base de ce concept.

En gros, c’est apprendre à connaître son corps pour savoir quand on ovule pendant son cycle; quand on est fertile, pour savoir quand se protéger ou s’abstenir. Aussi simple (ou compliqué) que ça! Personnellement, j’ai appris la méthode avec le livre Taking Charge of Your Fertility de Toni Weschler.

Et ce livre là, sérieusement, c’est un des meilleurs achats que j’ai fait à vie! Ça m’a tellement appris et maintenant je suis vraiment reconnaissante d’avoir pris le temps de lire ce livre-là, parce qu’au final j’en tire que du bon.

Donc. La symptothermie, ou Fertility Awareness Method en anglais, repose sur l’observation assidue de 3 caractéristiques simples qu’on compile dans un graphique.

La température

Tout au long de notre cycle, il faut prendre sa température pour déterminer le temp shift (changement de température) qui survient lorsqu’on a ovulé. On voit habituellement un pattern de température qui comprend deux paliers, un palier de températures plutôt basses et un palier plus haut, ce qui signifie qu’on a ovulé. (Si vous voulez les explications scientifiques avec les noms d’hormones qui font augmenter la température et tout, je vous conseille très fortement de lire le livre, tout y est expliqué.)

Voici à quoi un temp shift ressemble habituellement.

chart temp.jpg

 

La glaire cervicale

Ce que j’appelle ici la glaire cervicale, c’est les pertes blanches. Mesdames, vous savez de quoi je parle. Elles sont importantes également pendant tout le cycle, parce qu’on peut savoir qu’on ovule par l’entremise de celles ci. On peut avoir 2 types de pertes: non-fertiles et fertiles.

Les pertes non fertiles sont celles qui sont plutôt collantes au toucher, ou tout simplement lorsqu’on a pas de pertes durant une journée. Cela signifie une journée non-fertile.

Les pertes fertiles, elles, sont celles qui sont crémeuses, laiteuses, celles qui ressemblent à de l’eau et celles qui ont une texture semblable à du blanc d’œuf. C’est dans ces pertes-là que les spermatozoïdes peuvent nager facilement pour atteindre l’ovule, donc ces pertes sont considérées comme fertiles.

C’est important de les observer à chaque jour, lorsqu’on va aux toilettes, par exemple, pour déterminer le type de perte qu’on a ce jour là. Et on peut aussi observer un pattern dans les pertes. Ça va habituellement comme suit: menstruations – pas de pertes -pertes non fertiles – pertes fertiles –  pas de perte.

Le col de l’utérus

Celui-ci est complémentaire. C’est un super outil au début et lorsqu’on est pas certaine des signaux que notre corps nous envoie avec notre température et notre glaire cervicale.

Le but c’est d’observer sa position dans le vagin en le touchant avec le bout du doigt.

Lorsque le corps se prépare à ovuler, le col de l’utérus monte, s’ouvre et s’assouplit, pour permettre aux spermatozoïdes d’entre plus facilement pour rejoindre l’ovule. Quand on n’est pas en période fertile, le col est plus bas, fermé et dur.

Ça prend un peut de pratique pour être capable de déterminer la hauteur du col de l’utérus, mais une fois qu’on y arrive, c’est vraiment pratique au cas où on est pas sûr de ce qui se passe.

Les 5 règles de la symptothermie

Il est possible d’arriver à une contraception simple, claire et efficace avec 5 règles de base de la symptothermie que l’on doit toujours respecter.

1- La règle des 5 premiers jours

Quand on a eu une ovulation confirmée au cycle précédent, les 5 premiers jours du cycle menstruel sont infertiles, peu importe le nombre de jours qu’on saigne pendant nos menstruations.

2- La règle du «jour sec»

Avant l’ovulation, on est considérée comme infertile le soir de chaque journée où on n’a pas eu de pertes. En gros, dans un milieu où il n’y a pas de pertes, il est impossible pour les spermatozoïdes de survivre plus que quelques heures. C’est pour ça qu’on est considérée infertile lors des jours sans pertes.

3- La règle du temp shift

Après l’ovulation, on est considérée infertile le 3e jour consécutif où on a une température haute, quand on est dans notre 2e palier.

4-La règle du «peak day»

On est considérée infertile  dès le 4e jour après notre «peak day». Le peak day, c’est le dernier jour où on a des pertes fertiles, ou autrement dit, le jour où l’ovulation occure.

 

Alors voilà!!!!  Gardez en tête que ce sont seulement les grandes lignes de la base que je vous ai expliqué. Y’a beaucoup d’autres concepts à comprendre et à assimiler avant de commencer la méthode.

Si ça vous intéresse, c’est primordial de lire Taking Charge of Your Fertility, c’est une mine d’informations! Sinon, en français, y’a ce site là qui propose un guide de la symptothermie très complet et qui peut vous mettre sur la bonne voie. Également, il y a une application pour faire son suivi qui s’appelle Kindara. C’est celle que j’utilise et je suis super satisfaite. Tout est simple et clair, bien mis en page et les graphiques sont super cutes. J’espère que vous aurez apprécié mon article!

À la prochaine!

Publicités

Une réflexion au sujet de « La symptothermie, ou comment apprendre à connaître son corps »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s